logoimg
logotext

en français seulement: Espèces, rapporter …

Oeufs

Oviposition sur le sol près de la tache, comme sur les racines de l’herbe, sous le bois et les cailloux, dans un sol forestier (peu profond). Environ 60-90 oeufs, faiblement éclairés. Les larves éclosent après environ 1 mois (selon la température)

Femelle morte avec des œufs (Hans Niederhauser)
Femelle morte avec des œufs (Hans Niederhauser)

Ver luisant

Lampyre, Lampyris noctiluca

Milieu

En lisières de forêt, arbustes, prairies humides, vignes, jardins, parcs, dans les feuilles et la mousse, sous les bois en décomposition, les surfaces rudérales, les talus des voies ferrées et les prés maigres et secs. Souvent au voisinage des eaux libres, jamais dans les forêts denses, jamais dans les forêts de conifères; apparemment semblable à celui du Lamprohiza splendidula, mais peut mieux protéger de la sécheresse que Lamprohiza splendidula.

luire:
chaudes nuits d'été
Juin - juillet (le 24 juin la Saint-Jean - d'où "coleoptère Saint Jean" ou "ver saint-jean"); dans les basses altitudes, cela ressemble plus à la seconde moitié de juin, dans les plus hautes en juillet, parfois aussi tôt ou tard
Légèrement verdâtre, assis seulement léger (= femelles, par exemple sur les herbes, les orties)
actif jusque vers minuit
Période luminescente jusqu'à 4 semaines, parfois aussi des animaux individuels luminescents
même les larves peuvent bien briller

Ver luisant, mur avec deux femelles (Christian Schwager)
Ver luisant, mur avec deux femelles (Christian Schwager)

Distribution

de grandes parties de l'Eurasie, de la Scandinavie et de l'Espagne à la Sibérie. Egalement en Angleterre, manque en Irlande. Suisse: presque toute la Suisse, jusqu´à 2200 m

Distribution en Suisse (CSCF)

Larves

ressemblant à un ver ou un isopod, les mêmes femelles adultes, mais avec une tache orange sur le bord
avec des organes légers (moins lumineux que les animaux adultes), n’éclairent pas toujours (paires de points lumineux sur l'abdomen)
développement pluriannuel:
- 1. hivernage au 1er stade
- au moins 3 mues l'année suivante
- 2. hibernation donc i. a. au 4ème étage
- moins d'écorces l'année prochaine
- 3. hiverner, peut-être encore 4.
(après E. Wunsch, après le cycle de développement de 2 ans de J. Tyler)

Ver luisant, larve (Christine Dobler Gross)
Ver luisant, larve (Christine Dobler Gross)

Alimentation

Les escargots sont submergés par plusieurs morsures de poison (principalement de la „maison“ sans mucus, en position à cheval). Les escargots peuvent ensuite être traînés sur un mètre de distance (dans un mouvement de recul en forme de clé, à l'aide de l'organe de fixation situé à l'extrémité du corps de la larve), avant d'être mangés, par exemple sous des piles de feuilles en quelques heures. Les proies sont souvent complètement mangées en 1 à 1,5 jour.

Au cours des 14 premiers jours qui suivent l'éclosion de l'œuf, les larves ne mangent pas (Robin Scagell, message personnel, juin 2007)

Ver luisant, larve sur un escargot (Hans Niederhauser)
Ver luisant, larve sur un escargot (Hans Niederhauser)
Ver luisant, larve attaque un limace (Daniel Keller)
Ver luisant, larve attaque un limace (Daniel Keller)

Nymphe

dans une petite grotte dans le sol, le stade pupal prend environ 2 semaines

Nymphe, masculin, avec des ailes (Hans Niederhauser)
Nymphe, masculin, avec des ailes (Hans Niederhauser)
Nymphe, avec point lumineux sur l´abdomen (Hans Niederhauser)
Nymphe, avec point lumineux sur l´abdomen (Hans Niederhauser)

Femelle

15 à 20 mm
semblable à la larve, sombre, contrairement à la larve sans taches orange sur les côtés, incapable de voler
briller assis dans l'herbe ou sur des structures imposantes (mur, branche, tronc, etc.) jusqu'à l'arrivée d'un partenaire d'accouplement
lors de l'accouplement et d'un accouplement réussi, la femelle n'est plus éclairée.
Mort quelques jours après l'accouplement et la ponte
Durée de vie maximale des femelles 2 à 3 semaines (les femelles n'ont plus d'organes mangeurs).

Ver luisant, femelle (Christian Schwager)
Ver luisant, femelle (Christian Schwager)

Mâle

10 à 12 mm
en état de navigabilité
remontent les tiges des plantes, ils volent pas éclairées à quelques mètres de hauteur, probablement au long de structures indicatrices (lisières des forêts, talus), peuvent tomber avec précision jusqu'aux femelles
durée de vie maximale de 2 à 3 semaines (les mâles n'ont plus d'organes mangeurs)

Ver luisant, mâle (Hans Niederhauser)
Ver luisant, mâle (Hans Niederhauser)
Ver luisant, accouplement (Hans Niederhauser)
Ver luisant, accouplement (Hans Niederhauser)
Zum Anfang